Laval, 22 octobre 2015 — Les quatre-vingt-un pour cent des salariés d’UPS qui ont participé au vote afin de se prononcer sur l’entente de principe intervenue entre les parties le 24 septembre dernier ont ratifié un nouveau contrat de travail, hier.

La nouvelle convention collective, valide jusqu’en février 2020, comprend des augmentations de 4,15 $ de l’heure. Le régime de retraite a également été bonifié. De plus, l’employeur versera dorénavant une compensation aux travailleurs lorsque les règles sur les heures supplémentaires excessives ne seront pas respectées. Il s’agissait d’une pomme de discorde récurrente entre les parties.

Mentionnons que plusieurs clauses normatives notamment en ce qui a trait aux avantages sociaux et aux allocations ont été améliorées. Dans la foulée de la campagne lancée par le syndicat des Teamsters le 17 septembre dernier, un programme d’aide et de sensibilisation à la santé mentale est désormais enchâssé dans la nouvelle convention collective.

« Je tiens à féliciter le comité de négociation pour l’excellent travail qu’il a accompli tout au long des pourparlers, a tenu à dire le président de Teamsters Canada, François Laporte. Ils ont fait preuve de créativité afin d’améliorer les conditions de travail de nos membres qui ont, à leur tour, exprimé leur satisfaction en ratifiant la convention collective. »

« Nos membres ont pris une décision judicieuse compte tenu de la conjoncture économique. »

Teamsters Canada représente quelque 7000 travailleurs et travailleuses chez UPS.

Teamsters Canada représente les intérêts de 120 000 membres au Canada dans tous les secteurs d’activité. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affilié, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :

Stéphane Lacroix, Directeur des relations publiques
Cell : 514 609-5101
Courriel : slacroix@teamsters.ca

Laval, 2 septembre 2015 — Le syndicat des Teamsters attendait avec impatience la publication du rapport du Centre de recherche en économie de l’environnement, de l’agroalimentaire des transports et de l’énergie (CREATE) de l’Université Laval en ce qui a trait à la performance des systèmes de collecte sélective et de consignation.

Les Teamsters représentent les intérêts de milliers de travailleuses et de travailleurs chez Sleeman, Labatt et Molson-Coors qui pourraient être affectés par les conclusions de ce rapport.

Dans ce rapport, l’Université Laval propose trois scénarios que le gouvernement provincial pourrait envisager pour les contenants à remplissages multiples (par exemple, les bouteilles brunes décapsulables de bière) et les contenants à remplissage unique (par exemple, les canettes de bière), ce dernier étant un euphémisme pour identifier les contenants jetables.

  • L’élargissement de la consigne à d’autres contenants;
  • Le transfert à la collecte sélective;
  • L’augmentation de la consigne actuelle.

Historiquement, le syndicat des Teamsters a toujours favorisé la consigne privée des bouteilles brunes décapsulables de bière pour des raisons à la fois économiques et écologiques.

Aspects économiques – Les emplois créés par le remplissage et la consigne des bouteilles brunes décapsulables permettent à des milliers de familles québécoises de vivre décemment. De plus, ces travailleurs paient des taxes et des impôts qui contribuent à la santé économique du Québec. Près de 25 000 emplois directs et indirects sont créés par les brasseurs.

Aspects écologiques – Les bouteilles brunes décapsulables sont récupérées à 98 % et réutilisées entre 12 à 17 fois avant d’être concassées, puis fondues à nouveau. Elles sont considérées comme le contenant le plus écoresponsable.

Par contre, la canette de bière se retrouve trop souvent dans les sites d’enfouissement ou dans les bacs de recyclage, probablement parce que les consommateurs la perçoivent comme un contenant sans valeur.

C’est la raison pour laquelle le syndicat des Teamsters propose que la pénalité que paient les brasseurs à Recyc-Québec lorsqu’ils vendent plus de 37 % de leur bière dans des contenants à remplissage unique, c’est-à-dire en canette, soit maintenue. De plus, le syndicat verrait d’un bon œil que le gouvernement augmente le prix minimum des canettes afin d’inciter les consommateurs à opter pour les bouteilles brunes décapsulables.

« Plusieurs pays européens tournent le dos à la canette, analyse le président de la Section locale 1999 du syndicat des Teamsters, Serge Bérubé, qui représente des milliers de travailleurs chez les grands brasseurs québécois. Nous ne croyons pas que l’augmentation des parts de marché des brasseries passe exclusivement par une offre plus grande de canettes. »

De fait, plusieurs pays d’Europe se sont dotés de règlements qui contraignent l’industrie à utiliser presque exclusivement des contenants à recyclages multiples comme la bouteille brune décapsulable. Ces contenants occupent en moyenne 97 % du marché. Outre une taxe verte imposée par la Belgique, la Finlande et la Norvège, le Danemark interdit la vente de contenants comme les canettes. Bref, les lois du Vieux Continent sont plus sévères que celles d’Amérique du Nord.

Le rapport de l’Université Laval analyse également les mérites et les lacunes de l’élargissement de la consigne aux vins et spiritueux. Le syndicat des Teamsters est d’avis que la consigne de toutes les bouteilles est une solution viable.

Le Gouvernement du Québec a donc une occasion en or de rattraper son retard en ce qui a trait à la consigne des bouteilles de vin, notamment face à l’Alberta. Il peut également éliminer graduellement la présence de canettes dans les sites d’enfouissement en favorisant la consommation de bouteilles brunes décapsulables.

Le Teamsters représentent des travailleuses et des travailleurs dans les brasseries Sleeman, Labatt et Molson au Québec.

Les Teamsters représentent les intérêts de 120 000 membres au Canada dans tous les secteurs d’activité. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affilié, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

– 30 –

Renseignements :

Stéphane Lacroix, Directeur du Service des relations publiques
Cell : 514 609-5101
Courriel : slacroix@teamsters.ca

Laval, le 4 février 2013 – Les Teamsters sont déjà en discussion avec toutes les parties prenantes en vue de rehausser la sécurité et la formation des travailleurs de l’industrie du transport des valeurs.

Les braquages de camions de l’entreprise G4S survenus à Longueuil et à Toronto ont remis à l’avant-plan la nécessité pour les entreprises offrant des services de transport de valeurs de revoir certaines procédures et décisions opérationnelles.

« Nous sommes très conscients des impacts psychologiques que ces braquages ont sur nos quelque 1000 membres au Canada qui travaillent dans ce secteur, explique Stéphane Lacroix, directeur des communications de TeamstersCanada. Nous craignons aussi pour la sécurité de la population. »

C’est la raison pour laquelle les Teamsters ont déjà entrepris des discussions avec le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, et les entreprises du secteur. De fait, Teamsters Canada est le seul syndicat à s’être assis à la même table que les employeurs et le gouvernement.

« Nous apprécions l’apport de nos confrères et consœurs des autres syndicats, mais déchirer sa chemise en public ne fait pas avancer le dossier, ajoute M. Lacroix. Nous croyons plutôt que c’est la discussion qui permettra de régler les problèmes. »

M. Lacroix renchérit : « La présence d’équipe de deux à bord des camions soulève des questions, mais il s’agit d’un problème parmi tant d’autres que nous entendons régler dans les plus brefs délais. »

D’autre part, l’achat de G4S par Garda ne change rien pour les 400 travailleurs que le syndicat des Teamsters représente au Québec. La convention collective négociée entre les parties est valide et les membres seront informés si des changements survenaient.

Les Teamsters représentent les intérêts de 115 000 membres au Canada dans tous les corps de métier. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affilié, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements

Nathalie Mayer, Service des communications
Téléphone : 450 682-5521
Courriel : nmayer@teamsters.ca

Facebook.com/TeamstersCanada ▪ Twitter.com/TeamstersCanada ▪ Teamsters.ca

Laval, 4 décembre 2012 — Répartiteur chez Purolator Courrier à Montréal et délégué syndical pour la Section locale 931, Érik Desjardins est le premier lauréat du prix Carol McGregor pour les droits des personnes ayant un handicap du Congrès du travail du Canada (CTC). Ce prix, qui a été annoncé le 3 décembre lors de la Journée internationale des personnes handicapées, souligne la contribution d’un travailleur avec un handicap qui a eu un impact dans son syndicat ou dans sa communauté en faisant la promotion ou en défendant les droits des personnes ayant un handicap.

Le lauréat de 32 ans est non seulement impliqué à son travail, mais il travaille aussi avec des jeunes, il participe à des sports et est très actif dans sa communauté. Auparavant, M. Desjardins oeuvrait dans un centre d’appels dont les travailleurs étaient représentés par un autre syndicat, mais il n’a pas hésité à quitter cet emploi et à perdre son ancienneté pour relever de nouveaux défis et s’impliquer syndicalement avec les Teamsters. Il a été élu délégué syndicat par ses confrères et consoeurs en 2008.

En plus d’être un meneur d’hommes et un bon communicateur, Érik s’assure de sensibiliser les gens en plus de lutter pour faire reconnaître les droits des personnes ayant un handicap. Il a fait en sorte que son lieu de travail répondait aux besoins des handicapés et a convaincu son employeur de bâtir une rampe ainsi que de créer des places de stationnement adaptées.

« Il ne perçoit pas son handicap comme un obstacle ou une limitation, a expliqué le président de Teamsters Canada, Robert Bouvier. Il n’y pense même pas et fait les choses comme tout un chacun. »

Purolator l’a aidé à recommencer à faire du sport et à atteindre ses objectifs. Dans une entrevue qu’il a donnée à Défi sportif, Érik a souligné que Purolator « … est très compréhensif et respecte mes responsabilités d’athlète. Il (l’employeur) comprend que la vie, c’est plus que le travail et que les sports sont importants pour développer mon plein potentiel. On me donne le soutien dont j’ai besoin pour atteindre mes objectifs. »

Érik est une personne positive qui cherche constamment à aider et à s’impliquer dans sa communauté. Il a été invité à plusieurs reprises à parler à des jeunes personnes ayant un handicap pour les aider à se dépasser. Joueur de hockey-luge, il a participé en 2000 et 2004 aux Championnats du monde respectivement à Salt Lake City et en Suède. Il a également participé aux Jeux paralympiques de 2002 et a été un joueur substitut dans l’équipe qui a remporté la médaille d’or à Turin en 2006

Le syndicat des Teamsters représente 125 000 membres au Canada dans tous les corps de métiers. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affiliée, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :
Stéphane Lacroix, directeur des communications de Teamsters Canada
Mobile : 514-609-5101
Bureau : 450-682-5521 x236
Courriel : slacroix@teamsters.ca

Laval, 17 novembre 2012 — Les quelque 120 travailleurs et travailleuses oeuvrant à la brasserie Sleeman-Unibroue ont choisi de joindre le syndicat des Teamsters. Auparavant affiliés avec la CSN, ils se disaient insatisfaits du service qui leur était offert par la centrale syndicale.

La campagne de maraudage a débuté en septembre 2012 et s’est terminée hier puisque la Commission des relations de travail a validé la requête en accréditation déposée par la Section locale 931 du syndicat des Teamsters.

« Nous sommes honorés que ces travailleurs aient choisi notre syndicat, a expliqué le président de la Section locale 931 du syndicat des Teamsters, Gerry Boutin. Notre organisation détient l’expertise et l’expérience pour leur assurer une représentation de qualité. »

Respect de la convention collective

Les travailleurs de la brasserie reprochent à leur employeur de ne pas respecter certaines dispositions de la convention collective, en particulier en ce qui a trait à l’ancienneté.

Le président de la Section locale 931 met en garde la direction de Sleeman-Unibroue en précisant « qu’une convention collective doit être respectée par les deux parties, pas juste par les travailleurs. »

De fait, les demandes seront prises auprès des membres au cours des prochaines semaines puisqu’un nouveau contrat de travail sera négocié en 2013.

L’usine Sleeman-Unibroue est située sur la Rive-Sud de Montréal et produit plusieurs bières, notamment la Fin du Monde, la Blanche de Chambly et la Maudite.

Le syndicat des Teamsters représente 125 000 membres au Canada dans tous les corps de métiers. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affiliée, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :
Stéphane Lacroix, directeur des communications de Teamsters Canada
Mobile : 514-609-5101
Bureau : 450-682-5521 x236
Courriel : slacroix@teamsters.ca

Plus de 25 membres de la Section locale 931 du syndicat des Teamsters ont sauté en parachute dimanche dernier dans le but de soutenir la Fondation Rêves d’enfants.

Outre les membres des Teamsters, des dizaines d’autres courageux et courageuses ont sauté en parachute et amassé près de 10 000 $ pour aider à réaliser un rêve exceptionnel pour les enfants canadiens âgés de 3 à 17 ans.

« Ça faisait longtemps que je voulais sauter, mais y’a pas d’amis qui voulaient sauter avec moi, a expliqué Alain Viau, délégué chez Purolator. »

Brigitte Sottile, directrice du Service de la formation de Teamsters Canada, était présente sur les lieux et a mentionné qu’Alain avait été le premier à lever la main quand les Teamsters avaient organisé le saut.

Outre Alain Viau, plusieurs autres membres de la Section locale 931 ont participé, notamment ceux de TD Meloche Monex (Jessica Auger, Stéphanie Martinez) et d’autres travailleurs de Purolator (Yannick Asselin, Stéphane Boisclair, Bernard Boutin, Gérald Corriveau, Gerry Ferland, Gilbert Germain, Steve Grimard, Sylvain Nobert, Steve Richer, Stéphane Skelling, Martin Smithers).

Alain Viau est connu pour être une personne très bavarde, mais il y a fort à parier qu’il n’a pas dit un seul mot lors de sa chute libre!

😉

Bravo à tous ceux et celles qui ont participé à cette magnifique aventure!

Le syndicat des Teamsters représente 125 000 membres au Canada dans tous les corps de métiers. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affiliée, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :
Stéphane Lacroix, directeur des communications de Teamsters Canada
Mobile : 514-609-5101
Bureau : 450-682-5521 x236
Courriel : slacroix@teamsters.ca

C’est avec regret que nous vous annonçons le décès de Monique Fiorini Charruau, épouse de Richard Charruau, président de la Section locale 931 du syndicat des Teamsters de 1992 à 2006.

Les employés et la direction de Teamsters Canada tiennent à présenter leurs sympathies à M. Charruau ainsi que sa famille.

Madame Fiorini Charruau sera exposée au salon Alfred Dallaire le lundi 13 juin prochain de 14 h à 17 h et de 19 h à 21 h. Le salon mortuaire est situé au 12415, Sherbrooke Est.

Le syndicat des Teamsters représente 125 000 membres au Canada dans tous les corps de métiers. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affiliée, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :
Stéphane Lacroix, directeur des communications de Teamsters Canada
Mobile : 514-609-5101
Bureau : 450-682-5521 x236
Courriel : slacroix@teamsters.ca

Il y a des personnes exceptionnelles qui commandent le respect.

Une telle personne est Sylvain Nobert, délégué de la Section locale 931 qui travaille au centre de tri de Purolator sur le boulevard Côte-Vertu, à Montréal.

Sylvain est un excellent travailleur et un délégué qui veille au mieux-être de ses collègues de travail. Par ailleurs, il compte une feuille de route très longue auprès de diverses œuvres caritatives.

« À l’âge de 18 ans, j’ai commencé à lever des fonds pour toutes sortes de causes, explique Sylvain Nobert. Je l’ai d’abord fait dans le but de socialiser, mais je me suis vite laissé prendre au jeu. »

En fait, on pourrait presque affirmer que, pendant un certain temps, Sylvain s’est consacré à temps plein à recueillir des fonds pour diverses fondations et œuvres caritatives, notamment Rêves d’enfants, la Fondation Charles-Bruneau et Leucan. Il considérait son travail rémunéré pour Purolator presque comme un passe-temps.

Un passe-temps à raison de 40 heures par semaine, il va sans dire…

« Sylvain est une des personnes les plus dévouées qu’il m’a été donné de rencontrer, explique Benoit Baillargeon, permanent syndicat de la Section locale 931 du syndicat des Teamsters. En plus des fonds qu’il amasse pour les jeunes malades, il porte à bout de bras le club social des travailleurs de Purolator – Côte-Vertu. Il est increvable. »

« La cause des enfants malades m’interpelle directement, fait remarquer Sylvain Nobert. Et puis, je me dis que ce que je fais aujourd’hui, quelqu’un d’autre pourra sans doute le faire pour moi un jour. Dans la vie, il faut apprendre à donner sans rien attendre en retour. »

Parlant de donner, Sylvain Nobert a recueilli près de 500 000 $ au cours des 25 dernières années!

« J’ai organisé des enchères, des soirées rétro, des levées de fonds par téléphone et des téléthons entre autres. Ce qui me stimule avant tout, c’est de toujours aller en chercher plus pour atténuer les souffrances des enfants. »

Pourquoi parle-t-on aujourd’hui de Sylvain Nobert? Parce que ça fait un quart de siècle qu’il veille au mieux-être de ses pairs. Et c’est une réalisation qui mérite d’être soulignée publiquement.

« Je suis moins actif depuis que j’ai adopté des jumeaux il y a quelques années. Je suis un père comblé, mais j’ai 48 ans et mes enfants me demandent pas mal d’énergie », dit-il en éclatant de rire.

C’est grâce aux Sylvain Nobert de ce monde que le syndicat des Teamsters occupe une place si importante et joue un rôle si influent dans la société.

Un syndicat, c’est bien plus que des conventions collectives et des griefs. C’est la somme de tous les Sylvain Nobert de ce monde. Sans eux, le syndicat des Teamsters ne serait pas si essentiel à la société canadienne.

Bravo à toi, Sylvain! Continue ton excellent travail!

Les travailleurs du groupe Avis Budget en poste à l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau ont fait preuve de courage et décidé de joindre les rangs du plus puissant syndicat en Amérique du Nord.

En effet, les 150 coursiers (ou « shuttlers » en anglais) de cette entreprise de location de voitures ont voté en faveur de l’adhésion à la Section locale 931 du syndicat des Teamsters.

« Plusieurs travailleurs m’ont rapporté qu’ils ne se sentaient pas respectés par certains dirigeants de la compagnie, explique Pierre Cormier, permanent syndical des Teamsters. J’ai moi-même observé un incident où le manque de respect de l’employeur était flagrant. »

La campagne de recrutement a commencé en décembre, et l’accréditation a été accordée au début du mois de mai.

« La campagne s’est déroulée rapidement, pour des raisons évidentes. Désormais, l’employeur devra respecter nos membres, sinon il trouvera les Teamsters sur son chemin , met en garde le syndicaliste. Je tiens d’ailleurs à remercier Jacques Boily qui nous a donné un grand coup de main dans ce dossier. »

L’exécutif syndical a immédiatement sollicité les demandes des travailleurs en vue des négociations qui seront entamées sous peu.

Le syndicat des Teamsters représente 125 000 membres au Canada dans tous les corps de métier. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affilié, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :
Stéphane Lacroix, directeur des communications de Teamsters Canada
Mobile : 514-609-5101
Bureau : 450-682-5521, poste 236
Courriel : slacroix@teamsters.ca

Logo de la Section locale 931Les quelque 10 travailleurs et travailleuses de bureau de la compagnie Dynamex ont accepté les termes d’une nouvelle convention collective de trois ans.

Ces travailleurs font partie de la Section locale 931 du syndicat des Teamsters. Ils obtiendront des augmentations de salaire totalisant 9 % sur la durée de l’entente.

« Il y avait du rattrapage salarial à faire, et nous y sommes arrivés, a expliqué Pierre Cormier, permanent syndical de la Section locale 931 des Teamsters. Les travailleurs de bureau font un excellent travail, et il méritent ce qui leur arrive. »

Le nouveau contrat de travail a été ratifié à 100 %.

Le syndicat des Teamsters représente 125 000 membres au Canada dans tous les corps de métier. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affilié, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :
Stéphane Lacroix, directeur des communications de Teamsters Canada
Mobile : 514-609-5101
Bureau : 450-682-5521, poste 236
Courriel : slacroix@teamsters.ca